Un microphone devant la représentation visuelle d'une onde sonore

Zoom sur l’affaire “Audacity”

Audacity est un logiciel audio créé en 2000 par Dominic Mazzoni permettant d’éditer simplement des fichiers audio. Gratuit et sous licence libre, ce logiciel est très populaire auprès des musiciens, des podcasteurs, ou de toutes les personnes ayant besoin de modifier légèrement et rapidement des fichiers audios.

La polémique

En 2021 la société russe MuseGroup rachète Audacity. Ce rachat annoncé le 30 avril sur un article de blog de l’entreprise passe relativement inaperçu.

C’est seulement le 3 juillet 2021 que la polémique éclate après que des utilisateurs remarquent la mise à jour de la politique de confidentialité du 2 juin 2021 indiquant que :

[Audacity collecte] les données nécessaires à l’application de la loi, aux litiges et aux demandes des autorités. […]

[Elles pourront être transmises à ]”tout organisme d’application de la loi, organisme de réglementation, organisme gouvernemental, tribunal ou autre tiers compétent.

Des lignes très floues ne précisant ni quelles données étant récoltées, ni à qui elles pourraient potentiellement être transmises. La politique de confidentialité ajoute également une nouvelle règle imposant un âge minimum de 13 ans pour pouvoir utiliser le logiciel.

Les conséquences

A peine cette information avait commencé à circuler que le projet avait déjà était forké sur Github : les utilisateurs mécontents ont repris le code sous licence libre et se sont mis à développer deux nouvelles versions d’Audacity du nom de Teenacity et Sneedacity.

La société MuseGroup a présenté ses excuses le 23 juillet 2021 en expliquant simplement avoir voulu réaliser des mesures de télémétrie pour connaître les utilisateurs de son logiciel.

Il semble cependant aujourd’hui que ces excuses soient arrivées beaucoup trop tard. Les forks sont déjà en route, et les utilisateurs ont pris conscience du rachat du logiciel et du pouvoir de l’entreprise à modifier les conditions d’utilisations comme elle le souhaite à travers de nombreux articles relayés dans la presse à travers le monde. En France sur des médias comme 20minutes, Les Numériques, et Numerama, ou dans le monde sur TechRadar, ZDnet ou encore Hackaday.

Les leçons à en tirer

Il s’agit peut-être là d’un énorme suicide commercial. Le logiciel Audacity risque d’être désinstallé par défaut de toutes les versions de Linux qui l’utilisaient par défaut pour être remplacé par un de ses forks. Les utilisateurs risquent de massivement se détourner du logiciel pour un fork. Certains utilisateurs resteront probablement sur Audacity, mais l’image du logiciel et de l’entreprise qui en est propriétaire est largement impactée. Cette polémique risque également de se répercuter sur les autres logiciels de l’entreprise tels que MuseScore qui est un outil massivement utilisé par les musiciens pour écrire des partitions.

Pour éviter ce désastre, il aurait fallu mieux connaître la communauté d’utilisateurs du logiciel Audacity. N’importe qui connaissant un peu le monde du libre aurait pu prévoir cette réaction.

Il s’agit d’une grave erreur de la part de la personne responsable qui a validé la décision d’ajouter les traceurs dans le logiciels d’une part, et d’autre part d’ajouter des termes flous aux contrat d’utilisation. Les utilisateurs de logiciels libres lisent très souvent ces lignes et réagissent au quart de tour.

Peut-être que bien amenée et bien expliquée, cette mesure de télémétrie aurait pu être acceptée par la communauté et n’aurait pas provoqué de fork. C’est ce qu’a réussi à faire par exemple Mozilla avec le navigateur Firefox qui collecte des données pour ses utilisateurs.

Morale de l’histoire : n’essayez jamais d’ajouter des petites lignes en cachettes dans vos conditions d’utilisation. Vous y risquez très gros. Faites plutôt confiance à vos utilisateurs et à votre communauté, et privilégiez toujours la transparence.

Cet article a 2 commentaires

  1. Jérôme

    Extra cette synthèse de l’affaire.
    Oui. Trois fois oui. De l’importance de ne oas juste copier coller les CGU des autres😂

    1. CorentinQ

      Merci pour ton retour Jérôme.
      J’espère que ce cas sera un cas d’école et qu’on ne verra plus ce genre d’erreurs se reproduire à l’avenir. 🙂

Laisser un commentaire

WC Captcha 2 + 2 =